Tout ce qu’il faut savoir sur les prothèses mammaires

Prothèses mammaires : La poitrine est l’un des éléments importants de l’apparence corporelle de la femme. Certaines de ces femmes sont complexées par la petite taille de leurs seins, et d’autres se sont aperçues que la taille de leur poitrine a fondue après une grossesse.

Prothèses mammaires : La pose de prothèses mammaires est peut-être la solution au problème.

Prothèses mammaires : Nombreux sont les avantages de la pose de prothèses mammaires. Toutefois, il est préférable de s’informer sur les risques de cette opération chirurgicale avant de se lancer.

Un entretien préalable avec un chirurgien est strictement obligatoire avant toute opération de pose de prothèses mammaires.

Augmenter le volume des seins grâce à des prothèses mammaires

Prothèses mammaires : Faire augmenter la taille de ses seins est une opération assez simple qui consiste à placer une prothèse mammaire sous la glande mammaire pour amplifier le volume des seins.

Il existe diverses cicatrices possibles, toujours courtes, qui permettent l’introduction des prothèses. Cette intervention de chirurgie esthétique est faite sous anesthésie générale par un chirurgien professionnel.

Prothèses mammaires : Elle peut aussi être effectuée sous anesthésie locorégionale liée à une sédation. Une opération de chirurgie esthétique des seins dure environ une heure. On peut réaliser différentes incisions pour implanter une prothèse à travers la peau. En général, l’incision dans le sillon sous-mammaire est très habituellement utilisée.

Prothèses mammaires : Elle cicatrise facilement et est camouflée sous le sein après l’opération. Une incision autour de l’auréole peut être aussi choisie quand un geste de lifting mammaire est indispensable.

Prothèses mammaires : La pose de prothèses mammaires a aussi pour objectif de donner aux seins une forme plus jolie et attirante. Le choix de la forme et du volume des seins souhaités se fait selon l’anatomie préopératoire du sein de la future opérée et de la forme finale désirée.

Les formes de prothèses mammaires et leurs avantages

Prothèses mammaires : Les premières prothèses mammaires mises sur le marché sont les prothèses rondes. Elles sont régulièrement nommées  » implants classiques » et sont utilisées par les vedettes de l’écran et par les chanteuses.

Prothèses mammaires : Les implants mammaires ronds sont symétriques en forme et généralement remplis de gelée de silicone, une substance améliorant la durée des prothèses chez les patientes.

Prothèses mammaires : Ils sont disponibles en tailles différentes selon les besoins de chaque patiente. Les femmes ont plusieurs choix autour de l’augmentation mammaire: taille, cicatrices, forme d’implants mammaires.

Les prothèses mammaires anatomiques en forme de goutte d’eau sont « des prothèses sur mesure ». Elles sont proposées aux patientes qui souhaitent un résultat plus naturel, moins agressif.

Les implants sont disponibles en deux sortes: en silicone et en sérum. Ils ressemblent à la forme naturelle des seins féminins.

Prothèses mammaires : Les prothèses mammaires en silicone :

Prothèses mammaires : Cette catégorie propose un attrait un peu plus subtil et naturel que l’augmentation des seins avec les implants ronds. Les prothèses en silicone diminuent le risque de plis et de dégonflement avec une consistance proche de la glande mammaire.

Prothèses mammaires : Les prothèses mammaires en sérum :

Prothèses mammaires : Quant aux prothèses en sérum, en cas de rupture de l’enveloppe, le sérum physiologique est absorbé par l’organisme, et il n’y a pas d’urgence à retirer la prothèse.

Comment se déroule la mise en place de prothèses mammaires ?

Prothèses mammaires : Chaque praticien adopte la technique idéale qui s’adapte à la morphologie de la patiente. En général, l’intervention se déroule en trois étapes, l’incision cutanée, la pose des implants et la mise en place éventuelle d’un drain ou de pansement.

  • L’incision cutanée et la pose des prothèses mammaires

Prothèses mammaires : Le chirurgien peut choisir entre trois méthodes pour insérer les prothèses mammaires :

  • en pré-musculaire, consistant à placer les prothèses directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux
  • en rétro-musculaires : les implants sont installés plus profondément, en arrière des muscles pectoraux
  • en dual plan où les prothèses sont posées pour partie derrière le muscle pectoral, et pour partie derrière la glande détachées du muscle dans sa portion inférieure.

 

  • Mettre en place un drain et le pansement

Prothèses mammaires : Prothèses mammaires : Selon le médecin, un drain peut être utilisé. Il a pour rôle d’évacuer le sang ou les sérosités qui s’accumulent autour des implants mammaires. Après l’opération, un pansement « modelant » est effectué sur la poitrine de la patiente, grâce à un bandeau thoracique élastique ou en mettant un soutien-gorge particulier.

Les soins et le suivi post-opératoire

Prothèses mammaires : Les plaies doivent être désinfectées et le drainage devra être enlevé le lendemain matin de l’opération. Parfois, le drain est laissé en place jusqu’à ce que la patiente rentre chez elle, et peut le retirer ultérieurement en consultation par le chirurgien.

Prothèses mammaires : Avant que la personne quitte l’hôpital ou la clinique, le médecin lui prescrit des antalgiques, des anti-inflammatoires ou bien une éventuelle antibiothérapie.

Prothèses mammaires : Afin de contrôler la bonne évolution des cicatrices, le praticien fixe également un rendez-vous avec la patiente. Sachez que l’élévation des bras est un mouvement difficile à faire après l’intervention. Votre médecin peut aussi vous prescrire des exercices à faire pour vous aider à récupérer  plus rapidement. Pour une parfaite mobilité et la disparition complète des douleurs et des gênes, la récupération prend en moyenne trois semaines à un mois.

En outre, une surveillance clinique à vie tous les 4 ou 5 ans est indispensable pour permettre au chirurgien de contrôler l’intégrité des prothèses mammaires et la santé de la patiente.

Prothèses mammaires : Une mammographie, quelques mois après l’intervention, sera aussi nécessaire pour le dépistage automatique du cancer du sein. Et tous les deux ans à partir de 50 ans .

Prothèses mammaires : Enfin, si vous constatez le moindre changement du sein, consulter immédiatement votre chirurgien : il vous demandera de faire une échographie mammaire et compléter cela par une éventuelle IRM du sein en cas de suspicion de rupture des prothèses mammaires.

Prix de la pose de prothèses mammaires

Prothèses mammaires : Pour déterminer le tarif d’une pose de prothèses mammaires, nombreux sont les frais à intégrer dans le devis pour l’intervention, à savoir :

  • les frais d’hospitalisation
  • la complexité du cas opératoire
  • la location du bloc opératoire
  • honoraires médicaux du chirurgien et de l’anesthésie
  • le prix des prothèses mammaires

Prothèses mammaires : En cas de complications, les frais restent toujours à la charge de la patiente. En effet, l’Assurance-maladie ne couvre pas ce genre de situation.

Prothèses mammaires : Cependant, il faut aussi noter que chaque praticien est libre de fixer ses propres tarifs selon ses estimations.

Prothèses mammaires : En outre, il existe deux cas de figure s’apparentant à la chirurgie réparatrice, une augmentation mammaire grâce à la pose de prothèses mammaires est prise en charge partiellement par la Sécurité sociale :

  • au cas où la patiente présente une insuffisance de volume mammaire unilatérale provoquant une asymétrie importante des seins, ou bien qu’il s’agisse d’une malformation,
  • dans le cas d’une insuffisance de volume mammaire bilatérale, la Sécurité sociale ne prend en charge l’intervention que pour une « agénésie mammaire bilatérale et hypoplasie bilatérale sévère avec une taille de bonnet inférieure à A

Mais, avant tout, la patiente devra entreprendre une procédure d’accord au préalable.

Les inconvénients des prothèses mammaires

Prothèses mammaires : Les implants constituent un corps étranger duquel le corps humain cherche habituellement à se protéger en produisant du tissu cicatriciel autour de chaque implant.

Prothèses mammaires : La capsule ainsi formée entoure le sein et peut finir à la longue par le comprimer. Il devient alors dur au toucher et inconfortable. Il peut être alors nécessaire d’opérer de nouveau pour retirer la capsule. La mammographie, qui sert à détecter les tumeurs cancéreuses trop petites pour être détectables par palpation, peut se compliquer grandement en présence d’implants mammaires. Une capsule fibreuse peut cacher une tumeur ou rendre la mammographie plus douloureuse.

Prothèses mammaires : Toute opération chirurgicale comporte également un certain danger d’infection. Lorsqu’une infection survient à la suite de la pose d’implants mammaires et que les antibiotiques se révèlent impuissants, il peut s’avérer utile d’opérer pour les retirer. Sous l’effet des bactéries, certains implants ont carrément changé de couleur.

Prothèses mammaires : Par ailleurs, peu de gens savent qu’une prothèse mammaire a une durée de vie limitée. Si le gel de silicone des nouveaux implants ne se répand désormais plus dans l’organisme en cas de fissure, comme le faisait le silicone liquide, ces implants finissent tout de même tôt ou tard par se déformer, ce qui peut altérer l’apparence et surtout la symétrie des seins. Les implants doivent généralement être remplacés tous les dix ans, ce qui représente une somme considérable.

Faut-il retirer les prothèses mammaires ?

Prothèses mammaires : Rappelons que les prothèses mammaires sont en silicone. Sachez qu’avec le temps, cette matière se dégrade et les implants se détérioreront jusqu’à leur rupture. De ce fait, la pose de prothèses mammaires n’est pas définitive et ce n’est pas « pour la vie ». Il faudra par conséquent les changer ou les retirer pour éviter qu’ils entraînent des effets néfastes sur la santé ou des complications post-opératoires. .

Prothèses mammaires : Néanmoins, notez que l’évolution des technologies dans ce secteur de la chirurgie esthétique a permis d’augmenter la durée de vie de ces implants. Il est recommandé aux patientes de changer leurs prothèses mammaires après 10 à 15 ans. Diverses raisons peuvent poussées une personne pour le retrait de ses prothèses mammaires tels que :

  • l’état de santé
  • des douleurs continues au niveau de la poitrine dues à une contraction ou à une calcification de la capsule fibreuse
  • un durcissement anormal des seins
  • pour réduire les risques de ruptures ou de fuite
  • la formation des coques
  • la crainte du cancer des seins

 

  • Prothèses mammaires : Comment retire-on les prothèses mammaires ?

Prothèses mammaires : Une consultation est d’abord programmée par le chirurgien où la patiente souhaiter retirer ses prothèses mammaires. Au cours de cet entretien, le médecin s’assure que la personne est réellement décidée à enlever ses implants. Ainsi, la patiente devra expliquer au docteur les raisons et les motivations de sa demande afin que le praticien puisse savoir si elles sont justifiées ou non. Si le chirurgien consent à réaliser l’intervention, il devra donner les informations relatives à l’opération ainsi qu’un devis. Il donnera également un délai de 15 jours à la future opérée afin qu’elle puisse bien réfléchir à sa décision.

Prothèses mammaires : Par ailleurs, l’intervention de retrait des prothèses mammaires se fait en ambulatoire, c’est-à-dire que la patiente est hospitalisée le matin, et peut rentrer chez elle le soir. L’opération peut s’effectuer sous anesthésie locale ou générale en fonction de ses souhaits. En ce qui concerne l’intervention elle-même, le chirurgien par la même cicatrice qui s’est formée pendant la mise en place des prothèses. L’opération dure entre 30 minutes à 1 heure environ.

  • Prothèses mammaires : Après le retrait des prothèses mammaires ?

Prothèses mammaires : En général, le retrait des prothèses mammaires est une opération indolore. La durée de la convalescence peut durer en un ou deux jours. D’ailleurs, certaines patientes peuvent reprendre  leur travail dès le lendemain de l’opération. Par contre, il faudra attendre deux semaines pour pouvoir faire des activités sportives.

Prothèses mammaires : En outre, il serait important de noter que la plupart des femmes qui envisagent de faire un retrait de leurs prothèses mammaires à cause de la crainte de l’apparence final des seins. En effet, on peut se demander si les seins se vident ou tombent après l’intervention. Sachez que la rétraction de la loge où a été placé l’implant mammaire empêche aux seins de se vider ou de tomber. Au contraire, ce phénomène donne l’avantage aux seins de remonter et de retrouver leur forme de base.

Prothèses mammaires : Les effets secondaires d’une augmentation mammaire sur la santé

Prothèses mammaires : Il faut savoir que l’augmentation mammaire est une des interventions de chirurgie esthétique qui consiste à augmenter la taille des seins en utilisant des implants. Comme toute chirurgie, elle comporte des dangers comme les effets secondaires provoqués par l’anesthésie générale, les hémorragies, les hématomes, les infections, les nécroses cutanées, ou les thromboses. Localement, les maux peuvent être légers ou très graves. L’un des plus importants effets indésirables de l’augmentation mammaire est la contracture, autrement dit, une contraction des parois du tissu cicatriciel qui entoure l’implant mammaire, et qui provoque le durcissement du sein, une sensation d’inconfort, et également d’éventuelles douleurs aiguës. On peut voir aussi apparaître des risques systémiques plusieurs années après la mise en place des implants. Ces complications peuvent se manifester de nombreuses manières telles que l’apparition des symptômes liés à des maladies auto-immunes, des troubles ressemblant à une fatigue chronique ou à une fibromyalgie, des affections du tissu conjonctif. En outre, certaines patientes ayant effectué des implants mammaires ont signalé des problèmes de granulomatose et de ganglions lymphatiques, des troubles respiratoires, des infections, et des grippes chroniques.

Prothèses mammaires :

 

 

 

 

 

 

Prothèses mammaires

Les prothèses mammaires peuvent être nécessaires dans le cas :

d’Augmentation mammaire

prothèses mammaires pour l’augmentation mammaire : pour avoir des seins volumineux et plus attirants
C’est une opération chirurgicale des seins sous anesthésie. Dès votre accueil au cabinet lors de votre première consultation, la patiente décrit ses attentes. Dans la plupart des cas l’Augmentation mammaire est possible par lipo modelage ou pose d’implants mammaires (augmentation mammaire par pose de prothèses mammaires en silicone en général placées derrière le muscle pectoral).

Le médecin décrit alors à la patiente, le mode opératoire envisagé, les risques , les complications possibles et il pourra
lui présenter des photos du résultat possible en fonction de la taille souhaitée envisagée.

Les cicatrices peuvent se trouver sous le bras, sous le sein, sous l’aréole ou dans le sillon entre les seins.

Certaines personnes sont souvent complexées à cause de certains défauts sur leur corps. Mais grâce à la chirurgie esthétique, il est possible d’obtenir la forme souhaitée pour certaines parties de votre corps en effectuant des interventions particulières. Nombreuses sont les jeunes filles et les femmes adultes qui éprouvent des complexes à cause d’un corsage qu’elles trouvent trop menu.

Certaines d’entre elles comptent avoir un jour recours à la chirurgie esthétique pour une intervention d’augmentation mammaire. Il est cependant essentiel de connaître tous les éléments qui touchent cette opération avant de prendre une décision. Découvrez dans cet article tous les éléments à savoir sur l’augmentation mammaire.

Quels sont les principes d’une augmentation mammaire ?
Une augmentation mammaire a pour objectif de rendre le corps d’une patiente mieux proportionné. En principe, elle consiste à augmenter le volume des seins pour qu’ils soient plus proportionnels au bassin. En général, les patientes qui optent pour une augmentation mammaire se plaignent régulièrement de seins vides et flétris à cause des grossesses, d’une perte de poids, ou de changement hormonal comme la ménopause.

Il existe également des jeunes femmes ont toujours eu de petits seins et qui souhaitent avoir des seins bien développés.

Ainsi, l’objectif d’une intervention d’augmentation mammaire dépendra de chaque type de patiente, soit le chirurgien remplit simplement l’enveloppe cutanée devenue flaque, soit il devra effectuer une opération pour donner à la patiente de gros seins selon les attentes de celle-ci. Il faut savoir qu’une intervention d’augmentation mammaire dure réalisée sous anesthésie générale dure environ de deux heures et parfois moins. Pour augmenter les seins d’une patiente, le médecin utilise des implants mammaires.

Ces prothèses mammaires sont disponibles sous différents profils et divers volumes selon la taille et les exigences de la patiente.

Dans certains cas, les seins sont tellement tombants que l’intervention doit être combinée à un lifting des seins pouvant être effectué pendant la même séance.

Quelles sont les différentes techniques pour une augmentation mammaire ?
L’augmentation mammaire est l’une des interventions de chirurgie esthétique la plus pratiquée. Comme son appellation l’indique, elle est effectuée pour augmenter le volume des seins hypotrophes, ou bien afin de remodeler la poitrine. Il existe trois techniques utilisées par les praticiens en termes d’augmentation mammaire,

à savoir : la pose de prothèses mammaires : il s’agit de l’intégration d’implants mammaires en silicone ou en sérum
le lipo filling qui consiste à injecter des graisses issues de la liposuccion de la patiente
l’augmentation mammaire composite dont le principe est de poser des implants mammaires avec injection de graisses autour des prothèses mammaires.
Déroulement de la première consultation chez le chirurgien
Vous êtes décidé à augmenter le volume de vos seins grâce à une augmentation mammaire, et vous êtes venu consulter un spécialiste. Lors de votre consultation, le médecin vous pose diverses questions en rapport avec vos antécédents médicaux et chirurgicaux pour écarter les contre-indications telles que les troubles cardiaques, ou encore un trouble de la coagulation.

Ensuite,il examine de près votre silhouette, votre taille, votre buste, la forme de votre thorax, la place des aréoles ainsi que la forme et le positionnement de vos seins.

Dans le cas où il détecte une asymétrie, il vous en informe, car cela risque de remarquer encore plus lorsque les prothèses mammaires seront placées. Puis, votre chirurgien vous demandera la taille et le genre de poitrine que vous souhaitez avoir. Il vous expliquera le type d’implants qui vous conviennent le mieux et la technique la plus adaptée.

Il vous décrit les examens à faire avant l’intervention comme une mammographie et une échographie, le déroulement de l’opération et les précautions à suivre. Enfin, il vous donnera une date précise pour une seconde consultation ou le jour de l’opération.

Le médecin peut-il refuser de réaliser une augmentation mammaire ?
Oui, le chirurgien a tout à fait le droit de refuser une intervention d’augmentation mammaire pour une patiente, et cela pour diverses raisons :

Dans le cas où la patiente veut un volume excessif qui n’est pas proportionnel à sa silhouette 
quand la patiente refuse de suivre les consignes pré-opératoires ou les examens à faire au préalable ou les précautions post-opératoires si le médecin soupçonne que la patiente est réticente à l’idée d’avoir un corps étranger dans son corps
si le praticien constate que la patiente n’est tout simplement pas prête psychologiquement à subir une opération d’augmentation mammaire, surtout pour le cas d’une mineure
Comment déterminer le volume idéal pour les seins ?
Il n’est pas facile de trouver la bonne taille pour sa poitrine. Il faut d’abord que la patiente commence à réfléchir sérieusement au genre de poitrine qu’elle souhaite obtenir. Sinon, le résultat risquerait de la décevoir, car soit les seins sont trop gros, soit ils sont trop petits une fois l’œdème post-opératoire se dégonfle.

La patiente doit aussi se demander si elle veut une poitrine classique, élégante, et si elle est prête à assumer une nouvelle poitrine qui n’est pas « naturel ».

En général, lors de la consultation, le chirurgien possède des implants-tests qui se glissent dans le soutien-gorge de la patiente pour avoir une idée du résultat. La personne devra également mettre de préférence un T-shirt blanc avec un col V, qui donnera un aperçu de l’augmentation des seins et du rendu sur le décolleté et la silhouette.

Quel est le coût d’une augmentation mammaire ?
Puisque chaque cas est différent, le tarif d’une intervention ‘augmentation mammaire varie entre 4000 et 10 000 euros. Il serait important de noter que la pose de prothèses mammaires pour des causes médicales, comme une chirurgie réparatrice, une hypertrophie mammaire sévère, une malformation, peuvent être prises en charge par la Sécurité Sociale et la mutuelle. Pour cela, le médecin devra rédiger une demande d’entente préalable que la patiente déposera à son centre de Sécurité sociale.

Cependant, même si l’intervention est prise en charge, les frais d’honoraires du chirurgien doivent être payés par la patiente, ou bien remboursés par sa mutuelle selon le contrat signé. De ce fait, il est plus judicieux de se renseigner auprès de son médecin et de lui demander un devis.

Quel est l’âge minimum pour une augmentation mammaire ?
Sachez également que l’âge minimum pour ce type d’intervention de chirurgie esthétique est de 18 ans. En effet, cette intervention chirurgicale n’est faisable que lorsque la croissance physique de la personne est achevée. Rares sont les cas de mineures qui peuvent opter pour cette opération, requérant l’autorisation des parents. Par contre, il n’y a pas de limite d’âge si la patiente est en bonne santé.

Comment se déroule l’intervention ?
Une visite chez l’anesthésiste 48 heures avant l’intervention est indispensable. Après avoir fait l’anesthésie générale, le praticien réalise la technique pour la mise en place des prothèses. Voici les différentes voies au choix qu’il optera en fonction des informations qu’il a obtenues lors de la première consultation :

la voie axillaire :qui se situe dans le pli naturel de l’aisselle, et est idéale pour une première intervention d’augmentation mammaire. Donc, il n’y aura pas de cicatrices sous les seins. Sachez que le chirurgien n’optera pas pour cette méthode au cas où le sein originel présente un étirement cutané ou bien un affaissement la voie sous-mammaire :pendant laquelle les implants sont placés en effectuant une incision dans le sillon sous-mammaire. Si la patiente possède déjà un volume mammaire déjà important ou qu’elle présente une ptôse, la cicatrise d’incision sera mieux camouflée.La voie hémi-aréolaire inférieure: l’incision s’effectue dans la zone aréolaire. Grâce à la pigmentation naturelle de cette zone, il est facile de camoufler la cicatrice d’incision, dont la couleur se mélange avec celle de l’aréole. C’est la méthode privilégiée quand la patiente a de bonnes conditions anatomiques.
À travers les incisions, le praticien place les prothèses mammaires derrière la glande qui se trouve en avant ou en arrière des muscles pectoraux. L’intervention dure entre 40 minutes à 2h30mn en fonction de la voie d’implantation adoptée, de la disposition des prothèses et de l’éventuelle existence d’un geste associé.

Quelles sont le précautions à adopter après une intervention d’augmentation mammaire ?
Après une opération d’augmentation mammaire, la patiente doit se fixer un arrêt de travail pour une semaine pendant lequel elle gardera un pansement pour éviter d’infecter la plaie. Certains gestes doivent être également respectés afin d’entretenir les résultats obtenus :

Dormir et se reposer
Lorsqu’on est en convalescence, le meilleur moyen de se rétablir rapidement est de se reposer. Cela favorise la cicatrisation et diminue la douleur. Afin d’améliorer la circulation sanguine de votre poitrine, il est conseillé de dormir sur le dos en ayant une position un peu inclinée.

Ne pas faire d’exercices physiques intenses
Sachez que le sport, les différents exercices physiques intenses, et même les relations sexuelles accroissent le flux et la pression sanguine au niveau de la poitrine. Pendant les trois premières semaines, il faudra éviter de faire des exercices physiques pour ne pas détériorer les tissus.

Adopter une alimentation équilibrée
Puisque l’augmentation mammaire est une chirurgie invasive qui a nécessité des incisions, il est indispensable que la patiente se nourrisse et s’hydrate convenablement afin de récupérer plus rapidement. Cela permet aussi de mieux cicatriser et d’obtenir des cicatrices fines et plus discrètes.

Surveiller l’évolution de la cicatrisation
Pour que la cicatrisation se produise plus vite, il ne faut pas faire de douches chaudes ainsi que les jets d’eau tiède sur la cicatrice. Notez que l’eau chaude peut provoquer un gonflement sur la zone incisée. Au cas où vous avez remarqué une sorte d’enflure sur votre poitrine, prévenez immédiatement votre chirurgien pour qu’il vous prescrive un traitement adéquat.

Mettre un soutien-gorge de maintien
Après l’intervention, le chirurgien recommande également de porter un soutien-gorge de maintien qui permet de diminuer les balancements et les mouvements de la poitrine. C’est une sorte de soutien-gorge de sport que la patiente doit porter tous les jours, pendant les premières semaines après l’opération.

Les contre-indications d’une augmentation mammaire

Peu importe la technique utilisée lors de l’intervention, certaines catégories de personnes doivent éviter de faire une augmentation mammaire à savoir :

les femmes enceintes,
les adolescentes
les personnes qui soufrent d’une maladie auto-immune
celles qui présentent des antécédents de cancer du sein
Les troubles psychologiques comme la dépression ou bien les troubles du comportement alimentaire sont aussi des contre-indications à une opération de chirurgie esthétique comme une augmentation mammaire.

Si la patiente présente des antécédents de phlébite ou d’embolie pulmonaire, celle-ci ne pourra pas subir une intervention d’augmentation des seins. Il faut également noter que le tabagisme augmente le risque de nécrose cutanée retardant ainsi la cicatrisation. La patiente devra donc arrêter de fumer un mois avant et après l’intervention. La prise de contraceptif hormonal est aussi à éviter.

Quelles sont les complications possibles d’une augmentation mammaire ?
À part les dangers liés à l’anesthésie générale, une intervention d’augmentation mammaire présente aussi quelques risques et complications comme :

L’effet de coque
Il s’agit d’une induration plus ou moins importante des prothèses mammaires. Cette complication se situe en général d’un seul ou des deux côtés à la fois. Il existe des cas où le résultat est esthétiquement difficile à supporter, et qui s’accompagne d’éventuelles douleurs locales. Il sera donc indispensable de renouveler l’intervention, sachant que la récidive de coque peut être fréquente.

Les ruptures et fuites
Ces risques sont plus fréquents lorsque le chirurgien « met en place » des prothèses sérum à valve. En cas de fuite, il est primordial de remplacer la prothèse.

La formation de « vagues » ou de plis cutanés visibles
Les plis de l’enveloppe des implants deviennent visibles sou la peau en externe, et donnent une forme de vague. C’est un phénomène qui apparaît souvent lorsque le gel de silicone est moins cohésif. Cette formation de plis peut amener au risque de rupture prématurée de l’enveloppe de l’implant.

Autres complications
Parmi les effets secondaires de la pose de prothèses mammaires, on peut également citer : l’asymétrie des implants, l’apparition d’hématome, les infections, des douleurs, .un volume jugé insuffisant ou trop important, ou encore un déplacement des implants.

Pour prendre rendez vous cliquez sur le bouton ci-dessous.

Les tarifs varient selon le desiderata de la patiente.Dans son cabinet, le Dr Veber pratique également la chirurgie du visage, la greffe capillaire FUE et la chirurgie esthétique pour le corps. Des actes de médecine esthétique sont également pratiqués, comme l’injection de botox.

prothèses mammaires

de Réduction mammaire

Comme pour tout acte chirurgical, la réduction mammaire est une opération lourde, à ne pas prendre à la légère ! Cette intervention peut être pratiquée pour différents motifs, qu’ils soient médicaux, personnels ou liés au confort de la patiente.

La réduction mammaire : pour qui ?
Table des matières
La réduction mammaire est une intervention chirurgicale concernant les femmes ayant une poitrine trop volumineuse par rapport à leur morphologie. Nous parlons alors d’hypertrophie mammaire, à laquelle s’associent souvent une ptose mammaire (qui fait référence à l’affaissement des seins) et une certaine asymétrie. Une telle opération est recommandée pour plusieurs raisons :

Diminuer les douleurs de cou et d’épaules
Soulager le dos
Optimiser la pratique d’un sport
Améliorer le bien-être et la qualité de vie

L’objectif de cet acte chirurgical est de réduire le volume des seins tout en privilégiant un résultat naturel ; de corriger l’asymétrie et la ptose ; et, enfin, de retrouver une harmonie adaptée à la silhouette de la patiente. Il est important de garder en tête que la poitrine évolue constamment, que ce soit lors d’une grossesse, d’un changement de poids ou avec la vieillesse.

Le déroulement de l’opération
Avant l’intervention, un bilan préopératoire classique est établi avec le chirurgien en charge de la réduction mammaire. La consultation avec le médecin anesthésiste se déroule, quant à elle, environ 48 heures avant l’opération.

L’intervention se déroule sous anesthésie générale : l’opérée reste totalement endormie durant l’acte chirurgical, qui dure entre 2 et 4 heures, selon son profil. Elle consiste en l’ablation du tissu mammaire en excès tout en conservant un volume en harmonie avec la morphologie de la patiente et fidèle à ses attentes. Le surplus de peau est ensuite retiré, de façon à obtenir un résultat impeccable et un galbe naturel. Les trois cicatrices apparentes forment un T inversé. En fin d’intervention, le chirurgien et son équipe réalisent un pansement modelant avec des bandes élastiques.

Les suites opératoires
Après une réduction mammaire, la durée d’hospitalisation varie d’un à trois jours. La convalescence est importante pour le bien-être de la patiente : un arrêt de travail lui sera donc remis. La reprise des diverses activités quotidiennes dépend de son état général et de la cicatrisation ; cela peut prendre jusqu’à un mois. Pendant ce temps, elle devra impérativement porter un soutien-gorge de contention, de jour comme de nuit, puisque ce dernier accélèrera le processus de cicatrisation.

La réduction mammaire : Pour une belle poitrine
Pour certaines femmes, la taille de la poitrine est quelquefois un handicap et crée certains complexes. Afin de se réconcilier avec leur corps, procéder à la réduction mammaire peut être une solution. Mais avant de se décider, voici les éléments à savoir concernant cette opération de chirurgie esthétique lourde et très délicate.

En quoi consiste-t-elle ?
Nombreuses sont les raisons psychologiques, esthétiques ou médicales qui peuvent pousser une femme à opter pour une réduction mammaire telles que les incommodités pour s’habiller ou pour faire du sport à cause des seins volumineux et imposants, des problèmes de posture et de silhouette provoquant des maux de dos, ou encore des seins qui ont tendance à tomber ou qui s’affaissent. Ainsi, la réduction mammaire est une intervention qui consiste à rectifier la disproportion des seins et à diminuer le tissu mammaire et la peau en excès. Ce type d’opération est envisageable dès l’adolescence, lorsque la croissance physique est terminée, et que le volume des seins et le poids de la femme sont stables depuis au moins un an. Cependant, avant de vous lancer, il est primordial de bien discuter avec le chirurgien pour s’assurer de votre décision, pour déterminer la taille finale des seins, et afin qu’il puisse vous conseiller. De plus que l’objectif est de vous procurer des seins symétriques et en harmonie avec votre silhouette.

La veille ou le jour même de l’opération, le chirurgien réalise au préalable des dessins préopératoires sur la poitrine de la patiente. La réduction mammaire se fait sous anesthésie générale, dure entre deux à quatre heures. Pendant l’intervention, le médecin retire la partie profonde de la glande qui se trouve au plus près du muscle pectoral. Il faut noter que la quantité de graisse enlevée varie selon l’âge de la patiente. Au réveil, celle-ci aura un bandage sur la poitrine et l’hospitalisation peut durer jusqu’à trois jours. Ensuite, des consultations postopératoires sont arrangées. Il faudra prévoir environ six semaines de convalescence pour vous reposer, sans travailler. En général, après l’opération, il n’y a pas de médicaments spécifiques à prendre sauf du doliprane en cas de douleur. Pour optimiser le processus de cicatrisation, le port de soutien-gorge de contention est nécessaire pendant un mois.

Les risques et éventuelles complications d’une réduction mammaire
Après une opération de réduction mammaire, une patiente peut ressentir certaines sensations après le retrait des points, ou bien des démangeaisons causées par les cicatrices pouvant être désagréables, mais supportables. Par ailleurs, comme toute intervention chirurgicale, des risques peuvent apparaître comme une infection, des caillots, une réaction allergique, ou encore la perte de sensibilité des mamelons. D’autres complications rares, mais possibles sont également à prendre en compte telles que les accidents thromboemboliques, les hématomes, une nécrose de l’aréole chez les fumeuses, des désunions cicatricielles ou un problème d’allaitement. Toutefois, la majorité des femmes qui ont décidé e sauter le pas ont été satisfaites de leur poitrine après une opération de réduction mammaire, et sont plus heureuse avec leurs « nouveaux seins ». Mais, comme chaque corps est différent, la consultation d’un spécialiste en la matière est indispensable et recommandée.

Réduction Mammaire
Avoir une grosse poitrine n’est jamais un luxe pour certaines femmes. Beaucoup d’entre elles affichent même trop de complexes face à la société qui les regarde d’un œil parfois incompréhensible. Pour faire face à ce problème, il y a celles qui cachent leur poitrine dans des vêtements larges. Par contre, d’autres optent pour la réduction mammaire qui est une opération chirurgicale très délicate. D’ailleurs, ce guide vous aidera à mieux comprendre ce type de chirurgie.

Définition de la réduction mammaire
Comme son nom l’indique, la réduction mammaire est une opération chirurgicale visant à diminuer la taille de la poitrine. Cela se passe généralement avec les seins. D’ailleurs, la nature de ce type d’intervention peut être réparatrice ou purement esthétique. Il faut savoir qu’un repositionnement des seins est obligatoire pour ce genre d’intervention. Le principal objectif est de réduire la taille de vos seins afin d’éviter les douleurs corporelles qu’ils peuvent causer. Rares sont les femmes qui ne peuvent pas subir une réduction mammaire.

Qui peut bénéficier d’une réduction mammaire ?
Une réduction mammaire peut être offerte pour les femmes qui présentent des problèmes précis. On peut citer en premier lieu la grosseur excessive des seins en fonction de sa morphologie. L’intervention peut aussi se faire si les seins sont à fois lourdes et affaissées surtout avec les mamelons bas. L’apparition de douleurs au dos ou sur les épaules et le cou peuvent aussi tourner en votre faveur pour obtenir l’opération. Vient s’ajouter à cela une irritation cutanée ainsi que les problèmes de macération qui s’intensifient en bas des seins. Enfin, on notera l’asymétrie du volume des deux seins. Effectivement, la taille des seins peut être différente sur plusieurs femmes.

À quel âge peut-on demander une réduction mammaire ?
Certes, une réduction mammaire est une opération délicate pouvant même se montrer dangereuse pour une patiente. Seulement, l’intervention n’a pas une limite d’âge. Autrement dit, une jeune fille en pleine puberté peut subir l’opération tout comme une femme de plus de 50 ans. Il suffit de remplir toutes les conditions nécessaires pour pouvoir subir ce genre d’intervention. Notez bien que les femmes d’un âge avancé peuvent présenter plus de risques que les jeunes filles. Par contre, il est plus judicieux d’attendre que la fin du développement mammaire pour prendre une telle décision. Plus précisément, il est plus avantageux d’attendre ses 18 ans pour réussir l’opération. En outre, elle peut être réalisée sur une jeune fille de 15 ans à condition d’avoir une poitrine bien stable. Cela est aussi le cas si l’individu sent une importante gêne au niveau de la société.

Quelques conditions à voir avant de pratiquer l’opération
Tout comme les autres opérations chirurgicales, la réduction mammaire possède aussi des contre-indications. Ainsi, le mieux est d’arrêter de fumer plusieurs mois avant l’opération. Vous devrez aussi arrêter la prise de substances qui pourraient ralentir la cicatrisation des plaies. Notons qu’une femme présentant des troubles cardio-vasculaires ne peut pas subir une réduction mammaire. L’opération est aussi déconseillée si vous avez des problèmes de coagulation ainsi que des troubles psychologiques. Pour tout savoir, un bilan préopératoire est généralement recommandé pour savoir votre état de santé.

Vous aurez surement besoin d’une échographie ainsi qu’une mammographie si vous avez plus de 35 ans. Cela permet de déterminer si vous supporterez l’intervention ou non. À savoir que vous avez la possibilité de choisir la taille qui vous convient pour vos seins. Il faut reconnaître que l’intervention touchera aussi vos seins contrairement à ce que vous pourrez l’imaginer. La sensibilité de ces derniers ne sera pas non plus comme avant.

Vous devez aussi prendre note du fait que les cicatrices ne disparaitront pas du jour au lendemain. Il faudra même se préparer à un arrêt de travail pouvant aller jusqu’à une vingtaine de jour. Pour la pratique du sport, cela ne peut se faire qu’après deux mois au minimum. Le dernier point à prendre compte est la stabilité de votre poids. A priori, l’opération n’est pas vraiment recommandée si vous envisagez d’avoir un bébé pour d’ici quelque temps.

Une réduction mammaire est une intervention qui se prépare
Déjà, vous devez savoir que la réussite de l’opération dépendra en particulier du chirurgien. En plus de sa capacité chirurgicale, ce dernier doit être capable de répondre à toutes vos questions. Cela va du déroulement de l’opération jusqu’au remboursement dont vous pourrez profiter. Pour faciliter les recherches, vous pourrez parfaitement en parler à vos proches tout en faisant des recherches sur internet.

Normalement, le chirurgien doit vous programmer un premier rendez-vous pour une consultation. Ce sera l’occasion de parler de tous les détails concernant l’opération. Le médecin photographiera surement votre poitrine pour pouvoir étudier la faisabilité de la chirurgie. Ce dernier dessinera la zone de traitement sur votre corps le jour de l’opération. De cette manière, il aura plus de facilité à trouver ses repères tout en prévoyant le résultat que cela donnera après l’intervention. Généralement, la chirurgie se fait pendant deux heures et demie en moyenne et sous anesthésie générale. Vous pourrez vous retrouver dans une position semi-assise afin d’assurer la symétrie des incisions. Normalement, l’opération consiste à dégager la quantité de tissu mammaire que vous avez prévu avec le médecin. Une correction de la ptôse peut aussi se faire si la situation le demande. Vous sortirez de l’hôpital le jour même si tout se déroule normalement. Toutefois, assurez-vous d’avoir un oreiller ainsi qu’un vêtement qui vous évitera de lever les bras pour l’enfiler.

La situation post-opératoire d’une réduction mammaire
Vous rentrerez surement à la maison avec un pansement qui couvre la poitrine. Il faudra faire attention à ne pas le mouiller tout en évitant les gestes brusques. Cela est aussi le cas pour les efforts physiques qui doivent être réduits. Dans tous les cas, il ne sera pas étonnant si vous sentez des douleurs sur la poitrine. Toutefois, vous ne devrez avoir aucun mal à les supporter. En cas de besoin, le chirurgien vous préconisera toujours des anti-douleurs au bout de quelques jours.

N’oubliez pas que vous devez prévoir un arrêt de travail de 10 à 20 jours ou plus en fonction de la situation. Un rendez-vous post-opératoire sera surement programmé trois jours après l’intervention. Le chirurgien s’occupera d’enlever le bandage. Les bandelettes adhésives seront enlevées une semaine plus tard tout comme les fils s’ils ne sont résorbables. Par ailleurs, le mieux est d’attendre le feu vert du chirurgien avant de prendre une douche. En outre, il vous est conseillé de ne pas vous précipiter à regarder votre poitrine si vous ne supportez pas le sang ainsi que les ecchymoses. Soulignons que ce ne sera pas toujours le cas pour toutes les femmes.

Quelle technique le chirurgien doit-il utiliser sur votre poitrine ?
Les techniques utilisées pour la réduction mammaire ne sont pas très nombreux. De plus, cela dépend de la taille de votre poitrine. L’incision commencera autour de l’aréole si vous avez une grosse poitrine. Le chirurgien interviendra ensuite de manière verticale jusqu’à atteindre le sillon en bas du sein. Une dernière incision est réalisée de manière horizontale sous le sillon afin de la cacher. Cette méthode donne généralement la fameuse « cicatrice en ancre de marine ». D’un autre côté, l’encoche se fera uniquement autour de l’aréole avant d’être dirigée vers le sillon en verticale. Cette méthode est utilisée si votre poitrine n’est pas trop volumineuse.

Quel soutien-gorge porté après une réduction mammaire ?
Il est vrai que vous aurez un large choix sur le soutien-gorge qui vous convient plusieurs mois après une réduction mammaire. Mais avant cela, vous devrez vous contenter d’un modèle post-opératoire qui est facile à trouver sur le marché. Avec les douleurs et la fatigue qui peuvent apparaître après l’opération, il est primordial de trouver le modèle qui vous convient le mieux.

En plus du soutien, ce type d’accessoire vous garantira aussi un bon niveau de confort et de compression. Ce qui implique que vous pouvez bouger sans avoir mal aux seins. Comprenez bien que les coutures de ces soutiens gorges se font de l’extérieur. Cela évitera l’irritation de la peau tout en favorisant la cicatrisation. Vous devez savoir que vous aurez droit à un accessoire sur mesure et qui s’adaptera correctement à votre morphologie. De plus, vous pouvez compter sur la qualité de la matière de fabrication de produit. Toutefois, il faut reconnaître que le choix d’un soutien-gorge post opératoire se fait en fonction de la situation. Effectivement, il y a des modèles qui sont à porter juste après l’opération. D’un autre côté, il y a ceux qui vous seront recommandés pendant la durée de la convalescence. Peu importe la situation, l’accessoire doit vous offrir de confort tout en étant pratique. Après la convalescence, vous pouvez toujours demander l’avis de l’équipe médicale sur les soutiens gorges post-opératoire que vous devrez porter au quotidien. Précisons que certains modèles peuvent cacher convenablement les cicatrices laissées par l’opération.

Les bienfaits de la réduction mammaire
Vous devez savoir que les personnes avec une poitrine trop lourde souffrent souvent de maux de dos. À cela s’ajoutent des tensions auprès des épaules ainsi que du cou. Ainsi, la réduction mammaire peut s’avérer être une solution intéressante. D’ailleurs, vous pourrez avoir des aides financiers si l’intervention n’est pas purement esthétique. Vous pouvez avoir la certitude que le poids de votre poitrine ne sera plus comme avant une fois que l’opération sera finie. Vous vous sentirez aussi plus à l’aise si vous faites du sport vu que vous aurez plus de liberté dans vos mouvements.

Sur le plan esthétique, vous aurez la sensation d’avoir des seins fermes surtout qu’elles seront remontées. En effet, on peut avoir la sensation que les seins sont plus volumineux malgré l’opération de réduction de la poitrine. Pour aller plus loin, vous avez la chance de choisir la taille ainsi que le volume de seins qui vous convient. Assurez-vous seulement que votre chirurgien accepte la forme que vous demandez.

Il ne faut pas non plus oublier que vous pouvez choisir librement votre soutien-gorge après l’intervention. Vous pouvez par exemple opter pour des modèles sans armatures vu que vos seins n’auront plus besoin de beaucoup de maintien. Ainsi, on n’est plus limité concernant la mode même pour les journées sur la plage en été.

Les inconvénients de la réduction mammaire
Certes, la réduction mammaire répond à des avantages considérables. Par contre, il ne faut pas négliger le fait qu’elle peut aussi avoir des conséquences non négligeables. Déjà, vous devez avoir la certitude que vous ne courrez aucun risque pendant l’opération. Ici, on peut citer en premier lieu les risques sur l’anesthésie. Mis à part cela, vous devez vous attendre à ce que vos mouvements soient limités pendant la période de rétablissement. Même le contact de vos seins peut être délicat. Cela peut aussi se manifester au niveau du sein ainsi que du mamelon. Des douleurs pourront aussi se présenter pendant un certain moment.

Sur le côté esthétique, il y a des chances que les cicatrices soient difficiles à masquer. En outre, ce ne sera pas toujours le cas pour tout le monde. L’allaitement peut aussi être difficile après une opération de réduction mammaire. À noter que vos seins pourront changer de forme grâce à une prise de poids. Comprenez bien que toutes ces conséquences ne se manifesteront pas sur toutes les patientes.

Combien coûte une réduction mammaire ?
D’abord, il ne faut pas oublier que la réduction mammaire peut être couverte par la sécurité sociale à condition de respecter les conditions. Ainsi, la prise en charge n’est valable que si l’opération vise à enlever plus de 300 g par sein. Dans certains cas, vous pourrez même éviter de payer les honoraires du chirurgien qui peut s’élever entre 2 500 et 3 000 euros. Cela est aussi valable pour l’anesthésiste dont les honoraires peuvent atteindre 600 euros. D’un autre côté, vous devrez préparer assez d’argent si le retrait est inférieur à 300 g. Vous aurez surement besoin de 5 000 à 6 000 euros selon les conditions de réalisation de l’opération. Notons que les interventions à titre réparatrices sont celles qui ont plus de chance d’obtenir des aides financières. Autrement dit, une réduction mammaire à caractère esthétique peut être à la charge de la cliente.

, cette consultation se fait 1 mois avant le jour J au plus tard. Enfin, vous aurez droit à deux visites post-opératoires pour que l’équipe médicale puisse s’assurer que vous ne présentez aucun problème. Plus précisément, celles-ci se font 10 jours et 1 mois après votre sortie de l’hôpital. Par contre, vous pouvez toujours contacter votre chirurgien au cas où des complications se montrer pendant ce temps.

Une fois l’opération validée, vous devez vous préparer pour le grand jour pour garantir sa réussite. Celle-ci se déroule généralement en plusieurs étapes à commencer par le rétablissement du volume du sein à opérer. Le chirurgien doit s’assurer que les deux aient le même volume pour pouvoir continuer. La seconde étape consiste à refaire l’aréole ainsi que le mamelon. Pour cela, il se pourrait que l’intervenant soit obligé de réaliser une symétrisation afin d’obtenir un résultat satisfaisant. Avant de finir, le chirurgien prendra le temps de vérifier que tout est bon. Effectivement, il doit s’assurer qu’aucune correction ne doit être faite. On peut dire que la durée de l’intervention dépendra en grande partie de l’état de vos seins.

Voici quelques conseils qui pourront vous être utile

Comme vous pouvez vous y attendre, la reconstruction mammaire est une opération délicate. Ce qui implique que vous devez tout préparer dans les détails. En premier lieu, vous devez être prêt à toutes les éventualités vu que personne ne saura ce qui pourrait se produire pendant et après la reconstruction. Vous pourriez aussi entrer en contact avec les patientes qui ont déjà subi ce genre d’opération. Cela peut avoir un impact très important sur le moral. D’ailleurs, votre chirurgien ne devrait avoir aucun mal à vous fournir discrètement des noms. L’intervention d’un psychologue peut aussi vous faciliter les choses après l’opération au cas où vous aurez du mal à vous en sortir. Concernant la chirurgie proprement dite, vous pouvez toujours choisir la méthode qui vous convient le mieux du moment que la situation n’est pas grave. N’oubliez pas de vérifier le budget à allouer pour cela tout en prenant en compte les nombreux remboursements que vous pourriez avoir. Enfin, notez bien que vous allez faire l’opération de votre plein gré, mais non pour faire plaisir à qui que ce soit.

Que se passe-t-il après l’opération ?

Avant tout, vous devez savoir qu’une période de suivi médicale vous sera donnée après l’intervention. Mais, vous devez aussi faire attention sur certains points pour ne citer que l’arrêt complet de la nicotine. Il faudra au moins dépasser le délai de 6 semaines pour cela. Le chirurgien peut également vous prescrire des analgésiques pour réduire la douleur surtout quand les effets de l’anesthésie disparaitront. Par contre, il faut respecter scrupuleusement les indications de l’équipe médicale pour éviter une overdose. À souligner que l’intensité de la douleur diminue jour après jour. Il n’y a que les quatre premiers jours qui peuvent être insupportables. Par ailleurs, il vous est recommandé de consulter le chirurgien si la douleur dure plus de 4 jours.

Vous devriez aussi adopter une position qui ne nuira pas à la cicatrisation de vos plaies quand vous serez au lit. Il vous est parfaitement faisable de demander la bonne posture si vous n’avez aucune idée de ce qu’il faut faire. En plus de cela, votre infirmière doit être dans la mesure de vous aidée à faire des exercices de respiration. Cela doit commencer le plus vite possible après l’opération si vous ne voulez pas avoir des soucis aux poumons. Comprenez bien que vous devez bouger au maximum pour le bien de votre corps. Il suffit de demander l’avis de votre infirmière ou du chirurgien si vous le jugez nécessaire. D’ailleurs, l’avis de ces deux personnes peut s’avérer indispensable vu que vous aurez surement besoin d’un traitement spécial après l’opération. Même le port de soutien-gorge peut être demandé auprès de l’infirmière ou du docteur si vous le jugez vraiment nécessaire. Le plus important est que vos plaies se cicatrisent au plus vite.

Les complications qui peuvent se produire

Vous devez prendre en compte le fait qu’une reconstruction mammaire peut avoir certaines complications. Cependant, ce ne sera pas le cas pour tout le monde. À vrai dire, ce genre de problème n’est pas nombreux contrairement à ce que l’on peut l’imaginer. Les premiers symptômes sont les douleurs qui refusent de disparaitre malgré la prise de médicaments. Cela peut même être plus grave avec des vos pieds qui enfleront ainsi qu’une difficulté respiratoire. Dans ce dernier cas, il se pourrait que du caillot se forme dans votre sang. Vient s’ajouter à cela la sortie d’une bosse aux alentours de vos seins y compris en haut du ventre. L’apparition d’une forte fièvre après l’opération peut être un mauvais signe.

Une mauvaise évolution de la plaie ne doit pas non plus être prise à la légère. Ici, on peut évoquer en premier lieu un saignement que l’on ne peut pas arrêté. La zone peut aussi dégager une mauvaise odeur. L’écoulement d’un liquide verdâtre ou jaune devrait vous alerter. En outre, la plaie peut tout simplement rougir fortement tout étant enflée et très chaude. Un sein qui gonfle après le retrait des drains peut être dangereux tout comme l’apparition de la prothèse à l’extérieur de la peau. Enfin, on peut évoquer le changement de couleur du lambeau qui est accompagné par une augmentation de la température.

Reconstruction mammaire : oui, mais à quel prix ?

Comme vous pouvez le savoir, la reconstruction mammaire à un prix. Et cela peut être trop lourd pour certaines personnes. Plus précisément, le budget nécessaire pour cela tourne autour de 1 400 euros en moyenne. Une somme dont tout le monde ne peut pas obtenir même avec certains aides. Il faut admettre que le simple fait de penser aux éventuelles dépenses peut décourager beaucoup de femmes. C’est pour cela que les accompagnements psychologiques peuvent aussi s’avérer indispensables.

D’une manière générale, vous pourriez réduire les charges en vous tournant vers la Sécurité sociale. A priori, le remboursement dépendra de votre dossier y compris les dépassements honoraires que vous pouvez avoir.

 

Prothèses mammaires :

de Reconstruction mammaire

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire : La poitrine est le symbole de la féminité, c’est pourquoi certaines femmes souhaitent parfois avoir recours à la chirurgie réparatrice pour une reconstruction mammaire ou pour la sublimer.

Le cabinet du Docteur Veber, situé au cœur de Lyon, propose différentes interventions de chirurgie esthétique pour la poitrine pour un résultat remarquable.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire : Des opérations de chirurgie esthétique pour la poitrine adaptées à vos besoins
Le Docteur Veber et son équipe vous permettent d’embellir votre poitrine grâce à plusieurs solutions convenant parfaitement à vos attentes :

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire ou Reconstruction du sein
Correction du sein
Augmentation mammaire
Réduction mammaire
Rajeunissement du sein
Prothèses mammaires Ensemble, et selon votre problématique, nous déterminons l’intervention dont vous avez besoin pour que vous puissiez l’appréhender dans les meilleures conditions possibles. Notre expertise est l’assurance d’une opération réalisée avec soin, minutie et professionnalisme, au sein de la Clinique Lyon Nord, à Rillieux, et de la Clinique du Parc, à Lyon.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
L’ablation d’un sein est une épreuve extrêmement éprouvante dans la vie d’une femme. Mais toutes les femmes qui le désirent peuvent accéder à la Reconstruction mammaire. Néanmoins, la complexité des options chirurgicales nécessite absolument d’en discuter de manière approfondie, en premier lieu avec son chirurgien gynécologue, puis en association avec son chirurgien plasticien.

Prothèses mammaires : L’objectif continu d’un acte de reconstruction du sein sera en permanence orienté dans l’idée de redonner une image corporelle et personnelle sereine et apaisée de la femme dans sa vie quotidienne.

Aujourd’hui les progrès des techniques chirurgicales permettent d’obtenir un résultat final de plus en plus naturel avec un sein reconstruit, ressemblant de plus en plus, par son galbe et sa souplesse au sein originel.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
CORRECTION DU SEIN- Reconstruction mammaire
Il arrive parfois que l’acceptable devienne insupportable dans la vie d’une femme concernant sa poitrine.

Prothèses mammaires : Que cela soit pour une malformation congénitale du sein subit par une adolescente durant sa jeunesse, ou une trop forte poitrine fixant un mal de dos permanent, ou encore un amaigrissement majeur de plusieurs dizaines de kilos, une correction du sein peut être envisagé de manière évidente par un chirurgien plasticien qualifié. Néanmoins, certaines techniques nécessitent des connaissances spécialisées en chirurgie du sein…mais il existe une réponse à toutes les demandes.

Prothèses mammaires : AUGMENTATION MAMMAIRE- Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
La poitrine chez une femme est le reflet d’une part importante de sa personnalité. Avoir une poitrine de faible volume avec un bonnet modéré n’est bien évidement en aucun cas un défaut en soi. En revanche, posséder le désir de développer le volume de sa poitrine peut relever d’une démarche tout à fait cohérente et motivée. Cette motivation peut être le fruit de multiples facteurs sociaux, personnels, intimes, et tant d’autres…

Prothèses mammaires : Il est aujourd’hui tout à fait possible d’accéder à une telle demande de chirurgie sans contraintes majeures. Le choix de la forme et du volume attendu est alors envisagé avec le chirurgien en toute transparence.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
RAJEUNISSEMENT DU SEIN-Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
Au même titre que le visage, la poitrine d’une femme subit une évolution substantielle au fil du temps. La multitude de changement corporel profond dans la vie d’une femme entraîne parfois le besoin de chercher à rajeunir sa poitrine que cela soit par la forme ou par le volume.

La discussion avec le chirurgien esthétique est alors essentielle quant aux options chirurgicales possibles et nécessaires.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire : Préparation, prise en charge et accompagnement de qualité
Un acte chirurgical n’est jamais anodin ; c’est essentiellement pour cette raison que vous devez faire appel à des professionnels de renom pour votre future intervention de chirurgie esthétique poitrine.

Prothèses mammaires : Le Docteur Veber et son équipe vous assurent un accompagnement complet, de la consultation préopératoire aux suites opératoires, en passant par l’opération en elle-même. Chaque prise en charge est entièrement personnalisée, ce qui vous permet d’établir une véritable relation de confiance entre vous et notre cabinet esthétique à Lyon.

Prothèses mammaires : Que ce soit pour un motif médical (Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire ou reconstruction du sein) ou personnel, nous restons à votre écoute pour vous satisfaire de façon optimale. Notre objectif est de vous offrir une image corporelle saine et une meilleure estime de vous-même.

Prothèses mammaires : Toute opération de chirurgie esthétique poitrine est précédée d’un entretien avec votre chirurgien au cours duquel vous envisagez les diverses options chirurgicales possibles. Vous pourrez y définir le volume attendu ou encore le choix de la forme, tout en conservant un résultat des plus naturels.

Dans son cabinet, le Dr Veber pratique également la chirurgie du visage, la greffe capillaire FUE et la chirurgie esthétique pour le corps. Des actes de médecine esthétique sont également pratiqués, comme l’injection de botox.

Besoin d’informations complémentaires ?

Reconstruction Mammaire Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire
Les femmes qui ont souffert d’un cancer des seins savent bien que des séquelles peuvent être définitives si on ne fait pas quelque chose. Pour cela, vous devez savoir que vous pourriez demander la réalisation d’une reconstruction mammaire. Ce type de chirurgie est une intervention très délicate vu qu’il peut présenter d’autres problèmes si on ne fait pas attention. C’est pour éviter cela que nous allons nous intéresser un peu plus à ce genre d’intervention.

Quel type de reconstruction choisir ?

Avant de prendre une décision, vous devez savoir que vous aurez le choix entre deux types de reconstruction mammaire. D’abord, il y a la méthode avec la pose d’une prothèse en silicone qui est souvent proposée aux femmes avec des seins petits et fermes. Évidemment, cette technique n’est pas très efficace sur les gros seins. De plus, ce type d’intervention ne dure pas longtemps. Plus précisément, cela ne prendra pas plus de deux heures. Malgré les complications qui peuvent se produire, on peut avoir la certitude qu’il a de fortes chances que l’opération réussisse. Rares sont les femmes qui ont connu un durcissement de la capsule qui englobe la prothèse. Cela est aussi le cas pour l’apparition d’infections ainsi que les fuites qui peuvent se produire.

D’un autre côté, une reconstruction avec vos propres tissus ou vos cellules peut se faire si c’est ce qui vous convient. Pour cette option, ce sont les graisses ainsi que votre peau ou vos muscles qui seront utilisées. Le chirurgien peut les retirer sur votre dos ou vos fesses, mais aussi les cuisses. Vous aurez certainement avoir votre mot à dire sur le choix de récupération de tissus. La durée de la transplantation peut varier de 4 à 6 heures selon la situation. Il est important qu’une veine et une artère puissent arroser correctement vos seins. À noter que la période de convalescence et suivie peut être plus longue avec cette seconde option. Il ne faut pas hésiter à faire part de chaque problème à votre chirurgien tout comme à l’équipe médicale en charge de votre dossier.

Au cas où vous ne le savez pas, la reconstruction mammaire peut se faire sous deux formes précises. On citera l’intervention immédiate en premier lieu. Celle-ci est pratiquée si vous n’avez pas besoin d’une chimiothérapie ou une radiothérapie. Avec cette méthode, vous aurez toujours vos deux seins. Vous n’aurez qu’une seule opération à subir. Toutefois, cela nécessite une intervention rapide vu que tout se fera après la mastectomie. De plus, la reconstruction se fait en même temps avec l’élimination du cancer dans vos seins.

D’un autre côté, il y a la reconstruction ultérieure qui intervient 6 mois ou 1 an après un traitement anti-cancer. Cela permettra à votre corps de se reposer avant de subir quelconque chirurgie. Vous aurez aussi assez de temps pour penser à ce que vous voulez vraiment.

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire : quels sont les avantages et les inconvénients ?

Les bienfaits de la reconstruction mammaire ne se résument pas uniquement à avoir des seins comme avant. En effet, cela vous évitera en même temps le port de coussinets externes ainsi que de prothèses mammaires toute votre vie. L’opération vous sera bénéfique sur le plan moral, car vous allez vous sentir mieux qu’avant la chirurgie. Il faut admettre que cela permet d’accepter facilement sa sexualité. Vous pourriez alors apporter votre soutien aux autres femmes qui doivent passer par les mêmes étapes que vous. Notez bien que vous oublierez facilement le temps que vous avez passé à faire de la mastectomie. D’ailleurs, on peut avoir l’air d’une femme qui n’a jamais eu le moindre souci de cancer du sein après la reconstruction mammaire. De plus, cela vous donnera l’opportunité de varier votre garde-robe en fonction de vos envies. Dans tous les cas, la reconstruction mammaire n’est pas obligatoire au cas où vous avez peur des conséquences qu’elle peut causer.

Comprenez bien que ce genre d’intervention peut avoir quelques inconvénients en fonction de la situation. Déjà, vous devez prendre en compte le fait que l’opération peut coûter cher. Les rendez-vous réplétifs chez le chirurgien peuvent aussi devenir lassants au fil du temps. Ajouter à cela, il se pourrait que vos seins changent l’état naturel de votre corps. Il faut se faire une raison sur les sensations que vous ressentirez sur vos nouveaux seins, car elles seront complètement différentes.

Préparez bien l’intervention

Vous devez savoir que rien ne doit être laissé au hasard avec ce genre d’opération. Cela commence même par le bon choix de l’équipe médicale qui s’occupera de vos seins. D’ailleurs, vous aurez à trancher entre un spécialiste en chirurgie plastique ou reconstructrice, mais aussi esthétique. Il est indispensable que vous ayez pleinement confiance en votre chirurgien afin qu’il puisse intervenir convenablement. Vous devriez aussi prendre le temps de vérifier si vous pourriez avoir une prise en charge après l’opération. N’hésitez pas à calculer la somme dont vous aurez besoin pour cela.

Une première consultation doit être programmée une fois que vous avez choisi l’intervenant. Cela permet de déterminer le bon moment pour l’intervention tout en discutant déjà de la chirurgie à appliquer. Vous pourriez même demander plus de précisions si vous le souhaitez. Ce sera aussi le moment idéal pour connaitre les contre-indications de la reconstruction mammaire. On peut par exemple citer le tabagisme ainsi que l’obésité et la radiothérapie. En outre, des examens pourront vous être demandés dès la première rencontre avec le chirurgien.

Le chirurgien vous rappellera les conditions de réalisation de l’intervention pendant la seconde consultation. Vous aurez aussi des informations concernant la suite de l’opération pour ne citer que les choses à porter. Il est recommandé de demander les avantages ainsi que les risques que vous pourriez rencontrer au cas où cela n’a pas encore été dit pendant la première consultation. Une consultation d’anesthésie est aussi obligatoire, car on ne sait jamais ce qui pourrait se passer. Sachez alors que manquement à ce rendez-vous entraînera une annulation de l’opération. L’anesthésiste pourrait aussi vous demander des examens en plus en cas de besoin. Généralement

Prothèses mammaires et Reconstruction mammaire

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : La ptôse mammaire est définie par un affaissement du une distension de la peau qui l’enveloppe. Le sein est en position trop basse et de plus fréquemment «déshabité» dans sa partie supérieure.
Elle peut exister d’emblée mais survient le plus souvent après un amaigrissement important ou au décours d’une
grossesse avec allaitement. Elle peut être isolée : on parle alors de ptôse pure. Elle peut aussi être associée à un certain
degré d’hypertrophie mammaire qui pourra être réduite à la demande.

On peut à l’inverse observer cette anomalie dans le contexte d’un sein trop petit (hypoplasie ou hypotrophie mammaires) qui pourra alors éventuellement être compensée par l’ajout d’une prothèse mammaire ou un transfert graisseux.
Ptôse mammaire : Ces altérations physiques parfois majeures, ainsi que la souffrance psychique induite, confèrent une finalité thérapeutique à cet acte chirurgical réparateur. Ces défauts esthétiques ne justifient pas une prise en charge par l’Assurance-Maladie.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : L’opération consiste à remodeler le sein en agissant sur l’enveloppe cutanée et sur le tissu glandulaire. La glande est concentrée et placée en bonne position.
Il faut ensuite adapter l’enveloppe cutanée, ce qui impose de retirer la peau en excès de manière à assurer une bonne tenue et une belle forme au nouveau sein. Ces gestes permettent de replacer l’aréole et le mamelon qui étaient trop bas situés.
Les berges de la peau qui ont été découpées sont suturées en fin d’intervention : ces sutures sont à l’origine des icatrices.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire :En cas de ptôse très importante, la cicatrice à la forme d’un Tinversé avec trois composantes : péri-aréolaire au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche, verticale entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous mammaire, horizontale dissimulée dans le sillon sous mammaire. La longueur de la cicatrice horizontale est proportionnelle à l’importance de la ptôse mammaire.

Information
Prothèses mammaires et Ptôse mammaire :L’intervention chirurgicale a pour but de replacer l’aréole et le mamelon en bonne position, de reconcentrer et d’ascensionner la glande et de retirer la peau excédentaire afin d’obtenir deux seins harmonieux, joliment galbés et
ascensionnés.
Plus souvent, en présence d’une ptose mammaire modérée, on peut réaliser une méthode dite « verticale » qui permet de
supprimer la cicatrice transversale dans le sillon sous mammaire et de réduire la rançon cicatricielle à ses composantes périaréolaire et verticale.

Dans certains cas
de ptôse mammaire très modérée, il est possible d’utiliser une technique qui permet d’effectuer la
correction de l’affaissement uniquement avec une cicatrice autour de l’aréole.
Enfin, lorsque la ptôse mammaire est associée à une insuffisance de volume (hypoplasie mammaire), il peut être souhaitable de mettre en place, dans le même temps opératoire, une prothèse pour redonner au sein un volume satisfaisant, ou un complément graisseux pour améliorer le décolleté.

Dans ce cas
La surface de peau enlevée est moins importante et donc les cicatrices plus courtes. Il est alors parfois possible de retirer l’excès de peau autour de l’aréole et de limiter ainsi la cicatrice uniquement à un cercle péri-aréolaire.
Une plastie mammaire pour ptôse mammaire peut être effectuée à partir de la fin de la croissance et, au-delà, pendant toute la
durée de la vie.

Une grossesse ultérieure est bien évidemment possible. L’allaitement, quant à lui, est le plus souvent possible après une
plastie mammaire. Cependant, on ne peut pas le promettre dans tous les cas et il faut mentionner le risque d’une
impossibilité d’allaiter après certaines plasties mammaires pour ptôse.
Le risque de survenue d’un cancer n’est pas augmenté par cette intervention.

AVANT L’INTERVENTION
Prothèses mammaires et Ptôse mammaire :Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.
Outre les examens pré-opératoires habituels, un bilan radiologique du sein est prescrit (mammographie,
échographie).

LA QUESTION DU TABAC
Les données scientifiques sont, à l’heure actuelle, unanimes quant aux effets néfastes de la consommation tabagique
dans les semaines entourant une intervention chirurgicale. Ces effets sont multiples et peuvent entrainer des complications cicatricielles majeures, des échecs de la chirurgie et favoriser l’infection des matériels implantables (ex : implants mammaires).
Pour les interventions comportant un décollement cutané tel que l’abdominoplastie, les chirurgies mammaires ou encore
le lifting cervico-facial,

le tabac peut aussi être à l’origine de graves complications cutanées. Hormis les risques directement en lien avec le geste chirurgical, le tabac peut être responsable de complications respiratoires ou cardiaques
durant l’anesthésie.Dans cette optique, la communauté des chirurgiens plasticiens s’accorde sur une demande d’arrêt complet du tabac au moins un mois avant l’intervention puis jusqu’à cicatrisation (en général 15 jours après l’intervention). La cigarette électronique doit être considérée de la même manière.

Si vous fumez
Parlez-en à votre chirurgien et à votre anesthésiste. Une prescription de substitut nicotinique pourra
ainsi vous être proposée. Vous pouvez également obtenir de l’aide auprès de Tabac-Info-Service (3989) pour vous orienter vers un sevrage tabagique ou être aidé par un tabacologue.
Le jour de l’intervention, au moindre doute, un test nicotinique urinaire pourrait vous être demandé et en cas de positivité,
l’intervention pourrait être annulée par le chirurgien. L’arrêt d’une éventuelle contraception orale peut être requis, notamment en cas de facteur de risques associés (obésité, mauvais état veineux, trouble de la coagulation).

La ptôse mammaire est un phénomène qui peut toucher toutes les femmes, mais dont les causes ne sont pas les mêmes. Celles qui veulent cacher que leurs seins commencent à tomber préfèrent acheter des soutiens-gorges capables de les soutenir. En outre, certaines femmes préfèrent se tourner vers la chirurgie mammaire qui présente des avantages considérables. Le guide suivant vous apportera surement plus de précisions sur le sujet.

Comment définir une ptôse mammaire ?

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : Généralement, une ptôse mammaire concerne la chute des seins au fur et à mesure. Dans la plupart des cas, cela est lié à une diminution de la glande qui est combinée à une forte élongation de la peau. N’oubliez pas que ce genre de problème se manifeste toujours de manière naturelle. Mais, c’est de la manière dont cela se déroule qui peut déterminer la situation. La hauteur à laquelle vos seins descendront dépendra de la situation.

Vous devez savoir que le fait de vous muscler le thorax ne corrigera pas vos problèmes. Autrement dit, il n’y a que la chirurgie qui peut régler cela. Ici, le but est de corriger directement les soucis grâce à des retouches précises. Par contre, il faut savoir que ce type d’intervention ne peut pas être réalisé sur une femme de moins de 18 ans.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : Quelles peuvent être les causes des chutes des seins ?

D’une manière générale, plusieurs situations peuvent favoriser les chutes de vos seins. Pour plus de précisions, il suffit de voir les points suivants :

La grossesse : avoir un enfant est toujours une bénédiction pour un couple. Toutefois, il faut savoir que vos seins pourront commencer à tomber après deux ou trois grossesses. Cela se manifeste le plus souvent pendant la période d’allaitement au moment où le lait monte au niveau des seins.
L’amaigrissement : une femme qui perd du poids subit généralement une diminution ainsi qu’une fonte du volume mammaire. Le souci concerne le fait que cela peut aussi favoriser l’apparition d’une forme avancée d’une ptose. Ce qui fait que vous devriez avoir besoin de réaliser une intervention.
L’âge : la chute des seins peut aussi être reliée à l’âge de la personne. Cela est dû au fait que vos seins relâcheront au fil que votre âge avance.
Cause congénitale : il faut admettre que ce genre de phénomène peut être congénital chez certaines personnes. Cela pourrait même se manifester pendant leur jeunesse.
Ptôse mammaire : Les différentes formes de ptôses mammaires

Normalement, les seins à une bonne hauteur ont des mamelons plus haut que les sillons sous-mammaires. Ainsi, vos seins ne doivent pas se trouver en bas des sillons sous-mammaires. Vous avez une ptose légère si vos mamelons sont à la même hauteur que les sillons sous-mammaires et que vos seins passent légèrement en dessous. La phase est modérée quand les mamelons commencent à passer en dessous des sous-mammaires. Ainsi, la situation peut être considérée comme étant sévère quand les aréoles se trouvent au plus basses des sillons sous-mammaires. Si vous voulez réaliser une opération, le degré de l’intervention dépendra avant tout de la situation.

Consultation avant la réalisation d’une Mastopexie

Malgré les avantages dont vous pourriez profiter avec la Mastopexie, il est plus prudent de respecter la consultation avec l’opération. Cela permet avant tout aux chirurgiens de connaitre les raisons qui vous pousseront à faire cela. Diverses causes peuvent être évoquées pour ne citer que l’envie de revoir ses seins à la même hauteur qu’avant.

Dans tous les cas, le chirurgien doit aussi réaliser un examen médical afin d’éviter la moindre complication pendant et durant l’opération. Cela peut concerner vos données morphologiques ainsi que la quantité de peau qu’il faudra enlever. Il est primordial que votre chirurgie plastique sache si vous présentez des contre-indications ou non. Vous pourriez par exemple vous faire recaler si vous avez des antécédents pour ne citer qu’une embolie pulmonaire. Notons qu’un devis vous sera offert après l’analyse de la situation. À la fin, le chirurgien ne devrait avoir aucun mal à intervenir sur vos seins. Autrement dit, vous n’aurez aucun souci à vous faire.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : D’autres points que vous devez aussi prendre en compte

Vu les problèmes que vous pourriez subir si l’opération tourne mal, vous devriez faire très attention plusieurs jours avant l’intervention. Ainsi, la consommation d’aspirine est prohibée 10 jours en avant. Il se pourrait même que vous deviez arrêter la contraception orale si vous êtes sensible à l’inflammation. Cela peut être l’obésité ou une mauvaise circulation du sang, mais aussi des problèmes au niveau des veines. Votre chirurgien devrait aussi vous demander de ne rien avaler 6 heures avant l’opération. Si vous fumez, cela doit cesser un mois avant et après l’intervention. Cela facilitera la cicatrisation de vos nouveaux seins. Sachez aussi que la chirurgie ne peut pas se faire si vous avez un projet de grossesse. Plus précisément, il vous est recommandé de patienter plus de 6 mois après l’accouchement pour réaliser l’intervention.

Enfin, votre médecin vous recommandera un savon spécial ou une solution qui permettra de désinfecter votre corps la veille ainsi que le matin du travail. Il faut savoir que vous disposerez d’un délai de réflexion avant de commencer réellement l’intervention. D’ailleurs, un dernier mis au point avec l’intervenant doit se faire 48 heures avant le jour J.

Le déroulement de la chirurgie

Plusieurs méthodes peuvent être utilisées en fonction de la situation. En cas de ptose assez importante, le chirurgien doit réaliser une cicatrice sous la forme d’un « T inversé ». Mais, cela ne sera pas le cas si le problème est modéré. Effectivement, une simple incision contournant l’aréole peut suffire. Plus précisément, vous aurez besoin d’une cicatrice verticale. Cela sera aussi le cas si la ptose n’est pas très importante.

Il faut savoir que la situation peut être plus complexe si vous souffrez d’hypertrophie ou d’hypotrophie. Pour le premier cas, une réduction mammaire est aussi recommandée. De plus, vous aurez à déterminer le volume de glande qui vous convient. Pour la seconde option, une augmentation mammaire pourra être conseillée. Toutefois, tout dépend toujours de vos souhaits.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : Concernant l’intervention proprement dite, le déroulement ressemble à peu près comme la réduction mammaire. Le chirurgien doit remettre la glande à sa place tout en prenant le temps d’enlever la peau de trop. Cela est aussi le cas pour l’aréole ainsi que le mamelon. Ajouter à cela, la chirurgie demande une anesthésie générale. Par ailleurs, l’intervention peut durer jusqu’à 2 h en fonction de la situation. Vous aurez un repos de 24 h à l’hôpital avec une pose de bandage souple au niveau de votre poitrine. Le repos que vous obtiendrez dépendra de la situation.

Pour plus de précision, tout dépend de l’intervention à réaliser. Plus précisément, une ptôse hypoplasique nécessite la pose d’une plastie avec des prothèses mammaires. Pour une ptose avec hypertrophie, la chirurgie se fera avec la mise en place d’une plastie mammaire ou pour une réduction mammaire. Dans tous les cas, tout dépendra du volume qui vous convient ainsi que la possibilité de votre corps. D’un autre côté, une ptôse avec asymétrie mammaire nécessite la pose d’une plastie mammaire ainsi qu’une symétrie des seins. Vous pourriez recevoir une augmentation ou une réduction de vos seins. Vous pourriez alors choisir la stratégie qui vous convient le mieux. En outre, il faut toujours demander l’avis de votre spécialiste.

Chirurgie d’une ptôse mammaire : la situation post opératoire

Il faut reconnaître que certaines douleurs gênantes se manifesteront après l’intervention. Mais, cela ne doit pas vous inquiéter vu que c’est tout à fait normal. Plus précisément, vous devez savoir que le rétablissement de vos seins dépendra du temps suivant :

3 jours après : vous devriez revenir chez votre chirurgien pour une consultation. En effet, ce genre de consultation vous évitera le moindre problème après l’opération.
7 à 10 jours : vous devez demander un arrêt de travail pour ne pas augmenter la douleur.
8 à 10 jours : les fils de l’opération doivent être retirés au bout de ces jours.
2 à 3 semaines : vous pourriez avoir quelques soucis à lever les bras. Mais, cela ne doit pas vous inquiéter. De plus, des gonflements ainsi que des ecchymoses peuvent se produire après l’intervention.
1 mois : il vous est recommandé de privilégier les soutiens-gorge de maintien. Cela vous évitera des problèmes.
1 à 2 mois : vous n’avez pas le droit de faire une activité physique afin de favoriser la cicatrisation de vos seins.
Vous pourriez aussi avoir les mamelons engourdis quelques mois après l’opération.
Vous verrez que vos seins retrouveront leur forme. En cas de problème, vous pouvez toujours vous rendre auprès de votre chirurgien pour savoir si une seconde intervention doit se faire.

Mastopexie : quels sont les avantages et les risques ?

Notez bien que la ptose mammaire présente d’importants avantages. Mais, vous devriez aussi prendre en compte les risques qui peuvent se présenter. Ce qui fait que vous devriez prendre certains points en compte.

Les risques que l’intervention peut causer
Vous devez savoir que ce genre d’intervention peut avoir quelques risques si vous ne remplissez pas toutes les conditions. En premier lieu, vous pourriez présenter une forme de nécrose surtout si vous avez l’habitude de fumer. Cela peut aussi se produire si vous souffrez aussi de gigantomastie. Un autre risque qui pourrait se produire est un hématome expansif qui doit être réglé le plus vite possible. Une infection ainsi que des cicatrices chéloïdes peuvent aussi se produire si vous ne faites pas attention.

Généralement, les cicatrices auront une couleur rosée ou boursouflée pendant une durée de 2 mois. Cela dépendra uniquement de votre état de santé. Vous devez revoir votre chirurgien si tout ne se passe pas comme cela. D’ailleurs, l’intervention pourrait reprendre si vos seins présentent une asymétrie restante. Toutefois, la seconde intervention peut attendre un ou deux ans après.

A priori, il est primordial de vous informer sur la performance du chirurgien. Cela vous évitera des problèmes à l’avenir. Assurez-vous que l’intervenant fait partie de l’ordre des médecins. Par ailleurs, vous devez faire un contrôle tous les 3 ou 6 mois.

Les avantages de la Mastopexie
Après l’intervention, vous verrez que vos seins retrouveront facilement leur forme. Même le galbe retrouvera sa splendeur comme vous vous y attendez. Avec une bonne intervention, vous n’aurez pas à vous inquiéter des regards et des jugements que vous pourriez subir. Pour plus de précision, la Mastopexie donnera un meilleur aspect à votre poitrine qui sera plus arrondie. Ainsi, vous aurez des seins plus ou moins fermes et plus jeunes. Mis à part cela, vous aurez la chance de corriger toute forme d’asymétrie au niveau de vos seins.

Après l’intervention, vous aurez la chance d’avoir une peau lisse qui sera plus agréable au toucher. Comprenez bien que les évolutions de la technologie ont permis d’apporter de nouvelles techniques. Ce qui implique que vous aurez des résultats plus intéressants surtout que l’intervention se cicatrisera plus vite. Notez bien qu’il est plus facile d’accompagner la Mastopexie avec d’autres interventions en occurrence une réduction ou une augmentation mammaire. Mais, cela dépend de la situation dans laquelle vous pourriez vous retrouver.

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire : combien cela coûte ?

D’abord, vous devez savoir qu’une ptôse mammaire peut coûter entre 3 000 et 6 000 euros. Par contre, vous devez prendre en compte le fait que votre Assurance Maladie peut ne pas prendre en compte l’intervention dans certains cas. Plus précisément, on peut évoquer une intervention esthétique. Ce qui implique que vous n’aurez aucun remboursement contrairement à ce que vous pourriez l’imaginer. En outre, il est tout à fait possible de demander une prise en charge si vous présentez un cas d’hypertrophie mammaire. Par ailleurs, il est important d’enlever plus de 300 g de glandes si vous voulez avoir le remboursement.

Pour finir, vous devez savoir que la ptôse mammaire est une situation qui peut être réglée facilement. Par contre, il est indispensable de se fier à un chirurgien spécialisé dans son domaine. Prenez seulement le temps de suivre les procédures comme il se doit. Cela vous garantira le résultat que vous attendez?

Prothèses mammaires et Ptôse mammaire

 

 

 

Le référencement de notre site est assuré par PLM Consulting SXO

Prothèses mammaires
prothèses mammaires
prothèses mammaires
prothèses mammaires
Prothèses mammaires
Prothèses mammaires