Tout ce qu’il faut savoir sur les prothèses mammaires

La poitrine est l’un des éléments importants de l’apparence corporelle de la femme. Certaines sont complexées par la petite taille de leurs seins, et d’autres se sont aperçues que la taille de leur poitrine s’est fondue après une grossesse. Nombreux sont les avantages de la pose de prothèses mammaires. Toutefois, il est préférable de s’informer sur les risques de cette opération chirurgicale avant de se lancer.

Augmenter le volume des seins grâce à des prothèses mammaires

Se faire augmenter les seins est une opération assez simple qui consiste à placer une prothèse mammaire sous la glande mammaire pour amplifier le volume des seins. Il faut savoir qu’il existe diverses cicatrices possibles, toujours courtes, qui permettent l’introduction des prothèses. Cette intervention de chirurgie esthétique est faite sous anesthésie générale par des chirurgiens professionnels. Elle peut aussi être effectuée sous anesthésie locorégionale liée à une sédation. Une opération de chirurgie esthétique des seins dure environ une heure. On peut réaliser différentes incisions possibles pour implanter une prothèse à travers la peau. En général, l’incision mise dans le sillon sous-mammaire est très habituellement utilisée. Elle cicatrise facilement et est camouflée sous le sein après l’opération. Une incision autour de l’auréole peut être aussi choisie quand un geste de lifting mammaire est indispensable. La pose de prothèses mammaires a aussi pour objectif de donner aux seins une forme plus jolie et attirante. Le choix de la forme et du volume des seins souhaités se fait selon l’anatomie préopératoire du sein de la future opérée et de la forme finale désirée.

Les formes de prothèses mammaires et leurs avantages

Les premières mises sur le marché sont les prothèses rondes. Elles sont régulièrement nommées ” implants classiques” et sont utilisées par les vedettes de l’écran et par les chanteuses. Les implants mammaires ronds sont symétriques en forme et généralement remplis de gelée de silicone, une substance améliorant la durée des prothèses chez les patientes. Ils sont disponibles en tailles différentes selon les besoins de chaque patiente. Les femmes ont plusieurs choix autour de l’augmentation mammaire: taille, cicatrices, forme d’implants mammaires.

Les prothèses anatomiques en forme de goutte d’eau sont “des prothèses sur mesure”. Ils sont proposés aux patientes qui souhaitent un résultat plus naturel, moins agressif. Par ailleurs, les implants sont disponibles en deux sortes: en silicone et en sérum. Ils ressemblent à la forme naturelle des seins féminins. Cette catégorie propose un attrait un peu plus subtil et naturel que l’augmentation des seins avec les implants ronds. Les prothèses en silicone diminuent le risque de plis et de dégonflement avec une consistance proche de la glande mammaire. Quant aux prothèses en sérum, en cas de rupture de l’enveloppe, le sérum physiologique est absorbé par l’organisme, et il n’y a pas d’urgence à retirer la prothèse. 

Comment se déroule la mise en place de prothèses mammaires ?

Chaque praticien adopte la technique idéale qui s’adapte à la morphologie de la patiente. En général, l’intervention se déroule en trois étapes, l’incision cutanée, la pose des implants et la mise en place éventuelle d’un drain ou de pansement.

  • L’incision cutanée et la pose des prothèses

Le chirurgien peut choisir entre trois méthodes pour insérer les prothèses mammaires :

  • en pré-musculaire, consistant à placer les prothèses directement derrière la glande, en avant des muscles pectoraux
  • en rétro-musculaires : les implants sont installés plus profondément, en arrière des muscles pectoraux
  • en dual plan où les prothèses sont posées pour partie derrière le muscle pectoral, et pour partie derrière la glande détachées du muscle dans sa portion inférieure.

 

  • Mettre en place un drain et le pansement

Selon le médecin, un drain peut être utilisé. Il a pour rôle d’évacuer le sang ou les sérosités qui s’accumulent autour des implants mammaires. Après l’opération, un pansement « modelant » est effectué sur la poitrine de la patiente, grâce à un bandeau thoracique élastique ou en mettant un soutien-gorge particulier.

Les soins et le suivi post-opératoire

Les plaies doivent être désinfectées et le drainage devra être enlevé le lendemain matin de l’opération. Parfois, le drain est laissé en place jusqu’à ce que la patiente rentre chez elle, et peut le retirer ultérieurement ne consultation par le chirurgien. Avant que la personne quitte l’hôpital ou la clinique, le médecin lui prescrit des antalgiques, des anti-inflammatoires ou bien une éventuelle antibiothérapie. Afin de contrôler la bonne évolution des cicatrices, le praticien fixe également un rendez-vous avec la patiente. Sachez également que l’élévation des bras est un mouvement difficile à faire après l’intervention. Votre médecin peut aussi vous prescrire des exercices à faire pour vous aider à récupérer  plus rapidement. Pour une parfaite mobilité et la disparition complète des douleurs et des gênes, la récupération prend en moyenne trois semaines à un mois.

En outre, une surveillance clinique à vie tous les 4 ou 5 ans est indispensable pour permettre au chirurgien de contrôler l’intégrité des prothèses mammaires et la santé de la patiente. Une mammographie, quelques mois après l’intervention, sera aussi nécessaire pour le dépistage automatique du cancer du sein. Et tous les eux as à partir de 50 ans .Enfin, si vous constatez le moindre changement du sein, consulter immédiatement votre chirurgien : il vous demandera de faire une échographie mammaire et compléter cela par une éventuelle IRM du sein en cas de suspicion de rupture des prothèses mammaires.

Prix de la pose de prothèses mammaires

Pour déterminer le tarif d’une pose de prothèses mammaires, nombreux sont les frais à intégrer dans le devis pour l’intervention, à savoir :

  • les frais d’hospitalisation
  • la complexité du cas opératoire
  • la location du bloc opératoire
  • honoraires médicaux du chirurgien et de l’anesthésie
  • le prix des prothèses mammaires

En cas de complications, les frais restent toujours à la charge de la patiente. En effet, l’Assurance-maladie ne couvre pas ce genre de situation.

Cependant, il faut aussi noter que chaque praticien est libre de fixer ses propres tarifs selon ses estimations.

En outre, il existe deux cas de figure s’apparentant à la chirurgie réparatrice, une augmentation mammaire grâce à la pose de prothèses est prise en charge partiellement par la Sécurité sociale :

  • au cas où la patiente présente une insuffisance de volume mammaire unilatérale provoquant une asymétrie importante des seins, ou bien qu’il s’agisse d’une malformation,
  • dans le cas d’une insuffisance de volume mammaire bilatérale, la Sécurité sociale ne prend en charge l’intervention que pour une « agénésie mammaire bilatérale et hypoplasie bilatérale sévère avec une taille de bonnet inférieure à A

Mais, avant tout, la patiente dera entreprendre une procédure d’accord au préalable.

Les inconvénients des prothèses mammaires

Les implants constituent un corps étranger duquel le corps humain cherche habituellement à se protéger en produisant du tissu cicatriciel autour de chaque implant. La capsule ainsi formée entoure le sein et peut finir à la longue par le comprimer. Il devient alors dur au toucher et inconfortable. Il peut être alors nécessaire d’opérer de nouveau pour retirer la capsule. La mammographie, qui sert à détecter les tumeurs cancéreuses trop petites pour être détectables par palpation, peut se compliquer grandement en présence d’implants mammaires. Une capsule fibreuse peut cacher une tumeur ou rendre la mammographie plus douloureuse. 

Toute opération chirurgicale comporte également un certain danger d’infection. Lorsqu’une infection survient à la suite de la pose d’implants mammaires et que les antibiotiques se révèlent impuissants, il peut s’avérer utile d’opérer pour les retirer. Sous l’effet des bactéries, certains implants ont carrément changé de couleur.

Par ailleurs, peu de gens savent qu’un implant mammaire a une durée de vie limitée. Si le gel de silicone des nouveaux implants ne se répand désormais plus dans l’organisme en cas de fissure, comme le faisait le silicone liquide, ces implants finissent tout de même tôt ou tard par se déformer, ce qui peut altérer l’apparence et surtout la symétrie des seins. Les implants doivent généralement être remplacés tous les dix ans, ce qui représente une somme considérable.

Faut-il retirer les prothèses mammaires ?

Rappelons que les prothèses mammaires sont en silicone. Sachez qu’avec le temps, cette matière se dégrade et les implants se détérioreront jusqu’à leur rupture. De ce fait, la pose de prothèse mammaire n’est pas définitive et ce n’est pas « pour la vie ». Il faudra par conséquent les changer ou les retirer pour éviter qu’ils entraînent des effets néfastes sur la santé ou des complications post-opératoires. . Néanmoins, notez que l’évolution des technologies dans ce secteur de la chirurgie esthétique a permis d’augmenter la durée de vie de ces implants. Il est recommandé aux patientes de changer leurs prothèses mammaires après 10 à 15 ans. Diverses raisons peuvent poussées une personne pour le retrait de ses prothèses mammaires tels que :

  • l’état de santé
  • des douleurs continues au niveau de la poitrine dues à une contraction ou à une calcification de la capsule fibreuse
  • un durcissement anormal des seins
  • pour réduire les risques de ruptures ou de fuite
  • la formation des coques
  • la crainte du cancer des seins

 

  • Comment retire-on les prothèses mammaires ?

Une consultation est d’abord programmée par le chirurgien où la patiente souhaiter retirer ses prothèses mammaires. Au cours de cet entretien, le médecin s’assure que la personne est réellement décidée à enlever ses implants. Ainsi, la patiente devra expliquer au docteur les raisons et les motivations de sa demande afin que le praticien puisse savoir si elles sont justifiées ou non. Si le chirurgien consent à réaliser l’intervention, il devra donner les informations relatives à l’opération ainsi qu’un devis. Il donnera également un délai de 15 jours à la future opérée afin qu’elle puisse bien réfléchir à sa décision.

Par ailleurs, l’intervention de retrait des prothèses mammaires se fait en ambulatoire, c’est-à-dire que la patiente est hospitalisée le matin, et peut rentrer chez elle le soir. L’opération peut s’effectuer sous anesthésie locale ou générale en fonction de ses souhaits. En ce qui concerne l’intervention elle-même, le chirurgien par la même cicatrice qui s’est formée pendant la mise en place des prothèses. L’opération dure entre 30 minutes à 1heure environ.

  • Après le retrait des prothèses mammaires ?

En général, le retrait des prothèses mammaires est une opération indolore. La durée de la convalescence peut durer en un ou deux jours. D’ailleurs, certaines patientes peuvent reprendre  leur travail dès le lendemain de l’opération. Par contre, il faudra attendre deux semaines pour pouvoir faire des activités sportives.

En outre, il serait important de noter que la plupart des femmes qui envisagent de faire un retrait de leurs prothèses mammaires à cause de la crainte de l’apparence final des seins. En effet, on peut se demander si les seins se vident ou tombent après l’intervention. Sachez que la rétraction de la loge où a été placé l’implant mammaire empêche aux seins de se vider ou de tomber. Au contraire, ce phénomène donne l’avantage aux seins de remonter et de retrouver leur forme de base.

Les effets secondaires d’une augmentation mammaire sur la santé

Il faut savoir que l’augmentation mammaire est une des interventions de chirurgie esthétique qui consiste à augmenter la taille des seins en utilisant des implants. Comme toute chirurgie, elle comporte des dangers comme les effets secondaires provoqués par l’anesthésie générale, les hémorragies, les hématomes, les infections, les nécroses cutanées, ou les thromboses. Localement, les maux peuvent être légers ou très graves. L’un des plus importants effets indésirables de l’augmentation mammaire est la contracture, autrement dit, une contraction des parois du tissu cicatriciel qui entoure l’implant mammaire, et qui provoque le durcissement du sein, une sensation d’inconfort, et également d’éventuelles douleurs aiguës. On peut voir aussi apparaître des risques systémiques plusieurs années après la mise en place des implants. Ces complications peuvent se manifester de nombreuses manières telles que l’apparition des symptômes liés à des maladies auto-immunes, des troubles ressemblant à une fatigue chronique ou à une fibromyalgie, des affections du tissu conjonctif. En outre, certaines patientes ayant effectué des implants mammaires ont signalé des problèmes de granulomatose et de ganglions lymphatiques, des troubles respiratoires, des infections, et des grippes chroniques.

 

 

 

 

 

 

Prothèses mammaires